Pour qui? Pour quoi?


A peine arrivée, j'ai eu envie de rédiger et d'illustrer nos découvertes et notre nouvelle vie. Pour ceux que ça intéresse, mais aussi pour nous, des fois que nos mémoires nous jouent des tours.

mardi 21 mai 2013

Power Station of Art


Avant d'évoquer 15 Minutes Eternal, rétrospective des oeuvres d'Andy Warhol,  il faut que je parle de l'endroit dans lequel cette exposition a lieu : la Shanghai Power Station or Art.


165 mètres de haut, immense thermomètre fluo, la cheminée de l'ancienne usine électrique est visible de loin, de très loin. Converti dans sa nouvelle mission, l'ensemble, initialement construit en 1897 (long de 128 m, large de 70 m, haut de 50 m - soit 41.200 m2, 15.000 m2 de salles d'exposition) se situe le long du fleuve Huangpu, côté Puxi, au sud-est de la métropole.
200 Huayuangang Lu, près de Miaojiang Lu.
15 minutes à pied depuis la station de métro la plus proche.
Sinon ne pas oublier de donner au chauffeur de taxi l'adresse en chinois :
花园港路200号, 近苗江路
 Cette usine, monstrueuse par sa taille et par ses capacités à polluer Shanghai, avait été, en 1997, reconvertie en usine à gaz, puis désaffectée en 2005, avant de devenir, lors de l'Exposition Universelle, en 2010, le Pavillon du Futur.

Une armée de femmes style "soldats de terre cuite"
comme à Xi'an, de Simon Fujiwra, Rebekka.
A l'époque, la proposition des deux concepteurs, très ludique, poétique et totalement déjantée de l'avenir avait séduit les foules, attirant chaque jour des milliers de gamins et d'adultes subjugués. Ce succès a très certainement influé sur la décision des autorités étatiques et shanghaiennes de créer là, et non dans un nouvel édifice, le premier musée d'art contemporain public du pays.


Les aménagements de la future PSA a donné lieu à un chantier ouvert 24h sur 24h pendant huit mois. Le projet a été confié à une agence d'architecture chinoise en cheville avec l'Université Tongji de Shanghai. Résultat: les professionnels de l'architecture et des musées s'accordent pour dire que l'ancienne usine électrique va pouvoir désormais jouer dans la cour des grands. La structure initiale du bâtiment, avec sa haute cheminée et son gigantesque "coffre", fait d'ailleurs immanquablement penser à la Tate Modern. On peut y voir aussi certaines réminiscences du Centre Georges Pompidou.  (tiré de http://blogs.mediapart.fr/blog/claude-hudelot/261012/la-shanghai-power-station-art-joue-dans-la-cour-des-grands)

 ''Falling Like a  Feather'' de Wang Yuyang,
une installation de lumières fluorescentes.





... et dans chaque main, placez un objet.
Ainsi, les millions de visiteurs se voient-ils "bénis"
par une forêt verticale de mains.
Cet arbre représenterait la nouvelle vie de cet espace
hier consacré à la production éléctrique,
aujourd'hui et demain à l'énergie créative.

A l'entrée trône "Les mille mains de Guan Yin",
du Franco-Chinois Huang Yongping.
Prenez le porte-bouteille de Marcel Duchamp,
donnez lui la dimension qu'il sied.
Ici, donc 18 mètres. Accrochez sur chaque tige
un bras de la déesse Guanyin le tout en métal, ...





 






2 commentaires:

  1. Oui l'espace en tant que tel était deja bien intéressant...et la terrasse (pas encore installée) va en attirer plus d'un!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ... pour autant que l'on trouve l'endroit!

      Supprimer