Pour qui? Pour quoi?


A peine arrivée, j'ai eu envie de rédiger et d'illustrer nos découvertes et notre nouvelle vie. Pour ceux que ça intéresse, mais aussi pour nous, des fois que nos mémoires nous jouent des tours.

jeudi 22 mars 2012

Nanshi, la Vieille ville


Dans Nanshi, on s'y est déjà promené, Fangbang Lu, la Fête des lanternes.

Cette fois, c'est au cœur de Nanshi, que nous allons user nos semelles. Sur les cartes, elle a une forme circulaire. Au temps des concessions, Nanshi (Chinois: 南市; pinyin: Nánshì; « ville du sud ») était une enclave chinoise enfermée derrière un rempart circulaire, abattu en 1912. A l’époque des concessions, les Shanghaïens vivaient exclusivement à Nanshi. Mais avec l’afflux de réfugiés fuyant les combats de l’insurrection dans les provinces éloignées, les portes des concessions étrangères s’ouvrirent aux Chinois. Jusque dans les années 90, la ville chinoise était ... une ville chinoise. Depuis, les bulldozers ont passé par là et le centre de la ville est maintenant une sorte de Disneyland . C'est tout de même ici que nous emmenons les touristes en mal de chinoiseries.


Ce quartier comprend aujourd’hui de vénérables édifices, un magnifique jardin aux allures de labyrinthe, des petits marchés et un bazar aux échoppes bariolées faisant revivre le passé de Shanghai.

Des sceaux
Les pensées de Mao,
en rouge et en différentes
langues


Du rouge, porte bonheur
Le temple du dieu de la ville ou Chenghuang Miao (城隍庙 (Chénghuángmiào) forme le cœur de la vielle ville. Aujourd'hui, le terme de « temple du dieu de la ville » ne se réfère plus uniquement au complexe du temple mais également au quartier traditionnel et commercial qui l'entoure. Il y a plus d'une centaine de boutiques et de magasins dans ce secteur. Le temple est relié au jardin Yu, un autre point d'intérêt de la ville. Le quartier est également très populaire auprès des autochtones avec ses restaurants.



Les touristes ne sont pas tous occidentaux








Et il y a du monde...

























La grande spécialité du coin : les raviolis

A sucer avec une paille!
On peut aussi s'acheter des nouilles






La ville moderne n'est pas loin
La maison de thé traditionnelle
Le jardin Yu

A l'intérieur du temple du dieu de la ville ou Chenghuang Miao :

video

 A l'entrée du temple, qui n'est pas un refuge pour hommes battus :

video

C'est sûr que si Nanshi n'était qu'un rendez-vous pour touristes, je n'y serais pas allée tant de fois. Mais, il faut oser s'éloigner de Disneyland, une rue au nord, une allée à l'est, et les touristes n'existent plus. C'est le Shanghai des Shanghaïens. 

Voyons les différences :

De vraies rues, de vraies maisons... qui auraient parfois besoin
d'un lifting, mais pas de bulldozers

















Des magasins, il y en a aussi beaucoup.

Si c'est rouge, ce n'est pas forcément des souvenirs
On donne dans la dentelle ...
... ou la ficelle
Et de faux vrais YSL à des prix imbattables !

Manque quand même l'odeur du tofu puant à ce blog !


En conclusion, une petite statistique. Le but de la Municipalité de Shanghai est faire baisser la population au km2 de ce quartier (Huangpu Qu) et des deux autres du centre (en fait Luwan et Huangpu ont fusionné en 2011). On voit ci-dessous qu'elle y parvient plutôt bien, même en rasant les petites maisons et en les remplaçant par des énormes tours.






4 commentaires:

  1. Elles sont extras ces photos et ces videos! Même si je n'ai pas vu des hommes se faire battre comme sur ta video, ça me ravive plein de souvenirs que de voir tout ça! (et c'est bien plus agréable sans ce touf touf dégue dans les narines!! ;-))

    RépondreSupprimer
  2. finalement ça me paraît un peu campagnard, y'a comme un petit air de la montagne

    RépondreSupprimer
  3. j'avais oublié de signer 伯纳德

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut grand frère accepteur de vertu (伯纳德), c'est vraiment tout un programme...
      Si, si, Shanghai est réputée pour ses montagnes, enfin, SA montagne She Shan, 100m d'altitude quand même...

      Supprimer