Pour qui? Pour quoi?


A peine arrivée, j'ai eu envie de rédiger et d'illustrer nos découvertes et notre nouvelle vie. Pour ceux que ça intéresse, mais aussi pour nous, des fois que nos mémoires nous jouent des tours.

mercredi 6 juillet 2011

Ca y est, on a signé!

  



Fax de Li la Perfide s'engageant à apporter des
améliorations à la situatio年

Résumé des épisodes précédents

qu'on peut télécharger en entier sur :

Madame Li décide de ne pas entrer en matière pour améliorer la situation de nos deux expatriés. De leur côté, ils lancent la machine à rechercher des appartements. Dans un premier temps rien de bien joli n'attire leur œil. Pendant ce temps, Li la Perfide revient sur ses positions, d'abord en envoyant Fils Premier pour résoudre le problème de télévision. Mission accomplie pour lui, il raconte n'importe quoi et bien sûr ça ne marche pas. Puis, parce que Fils Premier a relaté les doléances des locataires, elle promet de faire les changements nécessaires à leur confort. Nos héros ne se fient pas à ses belles promesses, même par écrit, car elle a déjà démontré par le passé que les écrits ne l'engageaient guère, et ils continuent leurs recherches.

L'appartement de Jianguo Xi Lu nous plaît bien, mais le quartier, à notre avis, manque de vie, de bruits et d'odeurs. J'y retourne faire un tour incognito, ce qui ne demande pas beaucoup de travail. Je confirme, c'est bien tranquille. Pas loin, il y a Hengshan Lu est ses nombreux bars et lieux de perdition divers (clubs, pubs, salons de thé, bowling).

Le lendemain, visite d'un appartement dans un compound réputé pour son excellent centre sportif. Tentants les piscines extérieure et intérieure et le fitness. Je me réjouis. Joie vite pulvérisée en regardant l'état de l'appartement. Verdict: faudrait tout refaire, les sols qui s'affaissent, la peinture, le plan de travail dans la cuisine, et je n'ai pas tout ausculté en détail.

video

Adieu fitness, adieu piscine extérieure, adieu piscine intérieure...

Et retour à pied vers la maison. Temps de regarder, temps de penser. Et si je téléphonais à Patrick? (Mais qui est Patrick? C'est l'agent immobilier qui m'avait demandé mon avis sur un appartement, on se rappelle.)

En parallèle, nous fixons un rendez-vous pour discuter des derniers détails de Jianguo Lu, on ne voudrait pas qu'il nous passe sous le nez à force d'hésiter.

Deux jours plus tard, Patrick me répond que le plus bel appartement de Mingyuan vient de se libérer, possibilité de le visiter immédiatement. Alors vas-y Patrick, fais péter! Et silence radio (mais dit-on encore ça?), silence ordi en tous cas. Je passe une bonne partie de la journée de jeudi à fixer ma boîte de réception. Entre Fred et ses disponibilités restreintes et la discussion finale de samedi, 10 heures, il n'y a pas une grande marge d'improvisation.

Et le miracle tant attendu arrive alors que nous sommes en train d'attaquer nos pâtes au thon. Patrick m'annonce par téléphone qu'il arrive (et Fred d'ajouter: "Ca, c'est chinois!")
Dans l'ascenseur, nous sommes tout excités, visiter le plus bel appartement du compound, rien que ça! Patrick est très enthousiaste, on va voir ce qu'on va voir. La propriétaire, venue spécialement pour nous rencontrer et nous faire visiter son bien, nous attend de pied ferme. Et c'est vrai son appartement est bien tenu. Énorme salon, beaux meubles, belle chambre à coucher, belle douche, télévision aussi au-dessus de la baignoire... Jetons un œil:

video

Et c'est bien nous, on n'aime pas trop. Les deux autres chambres sont minuscules. Impossible de mettre un lit autre que simple, par exemple. La pièce qui pourrait savoir de bureau donne sur rien. Il faudrait donc faire un coin bureau dans le salon. mais alors à quoi pourrait bien servir cette chambre quasi borgne. Non, non, ça ne va pas. Nous félicitons la dame pour son bel appartement, après tout elle nous a dit combien elle avait inverti dedans, particulièrement pour installer le chauffage au sol. On va réfléchir jusqu'à demain, merci.

Nous irons à Jianguo Lu, c'est décidé, et on s'en réjouit!

Wulumuqi Nan Lu bien tranquille, tout au sud ouest de la Concession française


Nous sommes à l'heure et bien motivés pour la discussion finale entre la belle-sœur du propriétaire, son aide de camp, Lisa et nous.


On le voit, ambiance plutôt détendue. La belle-sœur, Zhong ayi (tante Zhong, on ne rit pas) est très sympathique et souriante. Et son fidèle San, très attentif à ce que tout soit bien en ordre, va s'occuper des petites réparations.

Différent lieu, différentes pratiques. Nous avons signé samedi un pré-contrat et payé un pré-dépôt. Cette démarche nous donne la priorité sur l'appartement.
Lundi, c'est le bail officiel que nous avons signé. Lisa avait passé chez la belle-sœur pour la signature côté propriétaire juste avant de venir chez nous pour nos griffes.
Or, par rapport au contrat de l'année passée, une clause avait disparu, celle qui nous permettait de récupérer notre caution si nous devions partir avant la fin du bail pour des raisons professionnelles, politiques ou de santé. Lisa a appelé la belle-sœur, puis le propriétaire himself qui n'a pas voulu ajouter cette clause. Nous nous disions déjà "tant pis" quand il a rappelé Lisa. Il ne voulait pas que nous pensions qu'il n'était pas gentil, qu'on pourrait toujours s'arranger s'il y avait un problème et que la prochaine fois qu'il viendrait à Shanghai, il ferait un saut pour nous rencontrer et devenir ami. On a trouvé chouette qu'il rappelle. Attitude tellement différente de celle de Madame Li.

Avec une très belle vue depuis le 18e étage

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire