Pour qui? Pour quoi?


A peine arrivée, j'ai eu envie de rédiger et d'illustrer nos découvertes et notre nouvelle vie. Pour ceux que ça intéresse, mais aussi pour nous, des fois que nos mémoires nous jouent des tours.

mercredi 29 juin 2011

Août 2010 - juillet 2011: Mingyuan Century

Depuis l'intérieur du "compound"
L'entrée sud,
on voit la hutte du gardien
et l'entrée vers le parking souterrain



 Notre choix est fait, les dés en sont jetés, nous avons signé pour un an (renouvelable). C'est un "compound" de 4 bâtiments de plus de 20 étages, surveillé au nord et au sud par des gardiens et dans chaque immeuble, il y a encore des gardiennes. Les nôtres sont, en alternance, Miss Ma et Miss Wang.
J'avais contacté 3 agences, mais il y en aurait eu encore bien d'autres si nous n'avions pas été si pressés. Il semble que la coutume ici est de formuler ses souhaits lorsque l'on visite un appartement. Ça demande un certain "entraînement" de dire "les lampes sont moches, j'en veux d'autres" ou "le mobilier ne nous plaît pas" quand un propriétaire nous annonce fièrement que ses meubles viennent tout droit d'Italie.

Le portail d'entrée nord décoré
pour le Nouvel An chinois.
Un portail qui n'est ouvert que
pour les rares véhicules
Nous avons demandé une fontaine à eau, un four, un clic-clac pour le bureau, qu'il n'y ait plus de peintures aux murs et une nouvelle douche. Toute la semaine avant d'emménager, on s'est frotté les mains en pensant à cette nouvelle douche. Pour la signature du contrat et la passation des clés, j'ai rencontré notre propriétaire, en plus de deux dames de l'agence que je connaissais déjà. La propriétaire m'a montré fièrement le four (qui ressemble beaucoup à celui que mes parents avaient à leur caravane) et a passé son doigt avec délectation dans les armoires pour m'indiquer que ce n'était plus collant, c'est vrai qu'on avait demandé que l'appartement soit nettoyé.

Mingyuan Century domine
la situation dans le quartier
mais la concurrence arrive...
Pour la douche, j'ai été refroidie en constatant que si elle avait bien été nettoyée et que le pommeau de douche était flambant neuf, rien n'avait changé. J'étais bien embêtée. On fait comment quand un point spécifique figure dans un contrat et qu'il n'est pas respecté? Il faut une première fois... J'ai demandé à l'agence, responsable de la rédaction du contrat, de biffer ce point juste pour ne pas perdre la face, mais j'étais perturbée qu'un contrat puisse être traité de manière aussi "flexible"*. Ce n'est pas toujours évident de trouver sa voie en flexibilité et rigidité dans une autre culture.

Vue de notre balcon vers l'est
Alors, ce Mingyuan Century, c'est comment?
 
C'est presque un an après notre arrivée que j'ai réalisé que ce "compound" a été construit en 2003 selon le style propre à Shanghai des "lilongs": des logements autour d'une cour intérieure privée protégée par de solides portes de fer forgé et six étages de commerces accessibles de l'extérieur.




Le supermarché
Une des 2 banques
L'entrée pour notamment la galerie d'art



Un centre de santé,
entre autres
Arriver à la maison, c'est passer le gardien en lui lançant  un tonitruant "ni hao" (auquel il répond volontiers s'il ne pique pas un roupillon) et contourner la grille (qui n'est ouverte que pour raisons approuvées par le gardien). Ensuite, ça dépend de l'heure. Le matin, le jardin intérieur est traversé rapidement par les habitants des immeubles. Il arrive que quelques Chinois en profitent pour faire de l'exercice ou carrément du tai-chi. Dès la fin de la matinée, le rythme passe à un mode ralenti, entre les "ayi"** qui jouent ou surveillent des petits enfants, celles qui promènent des chiens ou celles qui balaient. A force d'aller au bâtiment C qui est le nôtre, je reconnais des visages et on se salue. Vers la fin de l'après-midi, il y a encore plus de monde car les enfants plus âgés sont rentrés de l'école. Il n'est alors pas rare d'avoir à éviter une trottinette folle ou le tricycle d'un petit conducteur distrait.

video

Dès qu'on franchit la porte de bâtiment, en journée, on tombe inévitablement sur l'une ou l'autre des gardiennes fidèle à son poste. Ici aussi le tonitruant "ni hao" est de rigueur et parfois un petit commentaire sur le temps s'y ajoute, l'air de rien. De quoi amorcer une mini-conversation...

Miss Ma
Nous sommes toujours émerveillés devant la splendeur du hall d'entrée avec se fauteuils en faux cuir et, surtout, l'exposition permanente d'œuvres d'art. Et après, hop 10e étage et nous y sommes.

Une "œuvre d'art" du lobby. No comment!
Notes:
* Cette flexibilité a joué en notre faveur cette fois quand nous avons décidé de dénoncer notre bail. Nous devions informer la propriétaire de notre décision 2 mois avant le terme. Or, nous l'avons fait un peu après et ça a passé sans problème.
** Une "ayi", qui signifie tante maternelle en chinois, est dans ce cas une bonne, une concierge, une garde d'enfants ou une garde de chien.

2 commentaires:

  1. Ahhh, le bruit pétaradant de la petite moto qui arrive au milieu du compound! Trop drôle!!
    Alors oui, oeuvres d'art, c'est vraiment le mot. Ou parfois, l'ombre des oeuvres d'art, ces dernières ayant disparus...Hum... :-)

    RépondreSupprimer
  2. L'avantage est que personne, je dis bien personne, n'a envie de les voler!

    RépondreSupprimer