Pour qui? Pour quoi?


A peine arrivée, j'ai eu envie de rédiger et d'illustrer nos découvertes et notre nouvelle vie. Pour ceux que ça intéresse, mais aussi pour nous, des fois que nos mémoires nous jouent des tours.

mercredi 24 octobre 2012

In English please !

Rien de tel qu'un bon bobby massage
L'apprentissage de l'anglais est obligatoire dès le jardin d'enfants et bien de petits bouts de choux complètent leurs connaissances en allant à l'école le dimanche. Peu à peu les habitants de Shanghai se sont familiarisés avec la langue de Steve Jobs, sans pour autant la maîtriser, loin s'en faut.

Une école du week-end pour que les petits
apprennent l'anglais
La ville de Shanghai a mis en place une hotline d'urgence en 9 langues (dont l'anglais, le français et l'allemand). Comme on le sait, le Shanghai Daily paraît quotidiennement en anglais, tout comme le China Daily et le Global Times et une chaîne de TV locale et nationale existent également sur le réseau câblé. Je constate même que CCTV existe en français, la surprise du jour.

video

Shanghai se veut un centre urbain multiculturel, l'Expo 2010 a accéléré le processus, des informations en japonais, coréen et russe voient également peu à peu le jour. Cela va de soi que les endroits fréquentés par des étrangers pratiquent davantage l'anglais, oral et écrit, que les services typiquement chinois, comme les transports en commun, la santé et les services administratifs.

Un mot et un dessin qui vaut mille mots
Des étrangers se plaignent, il faut aller à l'hôpital accompagné d'une personne chinoise pour comprendre de quoi on souffre et c'est embarrassant.Certainement. J'ai personnellement eu l'immense plaisir d'être prise en charge par une charmante Dr Lu qui m'a laissée me démener avec mes rudiments de chinois pour me répondre en anglais quand elle a vu que je n'arrivais nulle part.

C'est sympa un morceau de poulet qui s'appelle
Jimi
Des expatriés se plaignent que les chauffeurs de taxi  ne connaissent parfois pas le nom en anglais des destinations les plus courues de la ville et qu'on devrait leur imposer de le savoir. On pourrait aussi se demander s'il ne serait pas sage de connaître le nom de sa destination en chinois si on habite en ville.

Bref et clair
D'autres se plaignent que le métro n'est pas très accessible quand on ne sait pas le chinois. Le porte-parole du métro rétorque que c'est aussi en anglais, à part quelques exceptions, et que l'utilisation des couleurs devrait permettre de se déplacer sans problème. Je confirme.

Il faudra encore un peu de temps pour supprimer
quelques imprécisions
Et les trains à grande vitesse alors? C'est vrai qu'il faut acheter son billet au guichet et que ça demande une petite organisation comme savoir où on va, la date et le numéro du train. Pas besoin de bla-bla.

A l'entrée d'un hôpital
C'est vrai qu'aller négocier le montant de ses impôts requiert des compétences plus spécifiques, comme le souligne un Italien. Dans mon pays, les impôts, on ne les négocie pas, on les paie sans discuter...

Bien sûr que ce serait confortable que les Chinois soient multilingues, mais vraiment multi. Il n'y a pas que l'anglais, on peut être étranger sans le parler. J'aimerais toutefois bien savoir combien de nos médecins en Europe, de nos chauffeurs de taxi ou de nos employés administratifs sont capables de s'exprimer en chinois, en japonais, en coréen... ou en suisse-allemand !

Il n'y a pas d'étrangers, que de vieux amis que vous n'avez
pas encore rencontrés.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire