Pour qui? Pour quoi?


A peine arrivée, j'ai eu envie de rédiger et d'illustrer nos découvertes et notre nouvelle vie. Pour ceux que ça intéresse, mais aussi pour nous, des fois que nos mémoires nous jouent des tours.

lundi 11 juin 2012

Marché musulman


Ouh la la, quand j'ai su qu'il y avait un marché musulman, je me suis enflammée. Je voyais les souks du Caire, ses odeurs, ses couleurs, ses lumières, les âpres négociations pour quelques sous. Je me suis  toutefois demandé pourquoi j'ai dû attendre presque deux ans pour le découvrir. J'aurais peut-être dû creuser cette question, mais au lieu de cela, j'y suis allée. J'ai obtenu la réponse, et même davantage.

D'après ma carte, le marché se trouve le long de cette rue,
Changde Lu. Allons-y !
Mais qu'est-ce que c'est que cette maison
collée à un rocher qui a des fenêtres?


Tout d'abord, il faut essayer de repérer où pourraient se trouver les "souks" de mon imagination dans ce quartier plus shanghainais que cairote.


En voyant, la mosquée, je sais que je suis au bon endroit. Quoi? le marché serait ces quelques bancs de part et d'autre d'une rue à forte circulation?


Déception, amère déception. Mais ne nous contentons pas de cette première impression. Voyons plutôt...

Des noix...


... des fruits secs
... et enfin un endroit pour acheter du mouton!















Des pains...
... mais quand même du riz, ouf!






















Et puis une ambiance différente, c'est vrai. Sauf que nous ne sommes ni à Xi'an, ni à Kashgar (qui, dans mon imagination doit être magique....) dommage, Shanghai est très présente.

Il faut dire que des ouïghours, dans les rues de la ville, on en voit beaucoup. Il y a de nombreux restaurants, leurs brochettes épicées embaument l'air et les vendeurs de fruits secs sont souvent du Xinjiang. De plus, près de notre ancienne adresse, on pouvait acheter des pains pareils à ceux des photos ci-dessus.
















video
 L'ambiance dans un restaurant ouïghour

Voyons un peu ce que Wikipedia nous dit sur les musulmans en Chine :

"Le nombre de musulmans est estimé à plus de 20 millions. L'État communiste a d'abord lutté contre toutes les religions pendant les années 1950, puis les a interdites pendant la Révolution culturelle (1966-1976) avant de graduellement mettre en place un système de liberté sous contrôle avec l'arrivée de Deng Xiaoping au pouvoir. L'islam est géré par l'Association Islamique de Chine, une association étatique à laquelle doit s'affilier tout musulman. Une grande partie de la population musulmane de Chine est située au Xinjiang. Ces musulmans ne sont pas Hans mais d'origine turque (Ouïghours, Kazakhs, Kirghizes, Tatars, Dongxiang, …). Conscient de l'importance stratégique du Xinjiang, le gouvernement chinois a doté la province d'un statut d'autonomie qui laisse une plus grande liberté à la pratique de l'islam (éducation religieuse encadrée, pèlerinage à La Mecque, construction de mosquées, etc) tant que cela passe par l'Association Islamique de Chine. Dans son rapport pour 2008, l'organisation Human Rights Watch critique fortement la répression et le contrôle de l'État sur la pratique religieuse des Ougïhours. Une autre partie des musulmans de RPC sont les Huis, des Hans islamisés. Les Huis sont implantés sur tout le territoire de la RPC et principalement dans le Nord-Ouest du pays ainsi sur la côte, dans le Henan et le Yunnan."





















J'étais déçue, mais c'était l'occasion de découvrir un nouveau quartier et ça, c'est toujours un bon moment.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire