Pour qui? Pour quoi?


A peine arrivée, j'ai eu envie de rédiger et d'illustrer nos découvertes et notre nouvelle vie. Pour ceux que ça intéresse, mais aussi pour nous, des fois que nos mémoires nous jouent des tours.

dimanche 18 décembre 2011

Les filles de Shanghai

Contenus explicites!!!
Certains de nos visiteurs, particulièrement Miss J et Mr P, ont été surpris de voir de très jolies jeunes Chinoises avec des Occidentaux bedonnants, ou plus très jeunes, ou carrément pas beaux du tout. On m'a même demandé : "Qu'est-ce qu'elle peut bien lui trouver ?". Un peu brutalement, j'ai répondu : "Un porte-monnaie bien fourni!". Il faut dire qu'au moment de cette réponse abrupte, j'avais déjà pris l'habitude de ces couples mal assortis et que j'avais lu un petit bouquin qui apportait quelques explications.





















Attention : si on rêve au grand amour éternel, s'abstenir de lire le livre et fuir les filles de Shanghai !

Quand j'ai vu que l'auteur de ce livre aborderait le sujet "Amour et mariage à Shanghai", j'ai été tentée et j'en ai parlé à ma copine Kelly qui n'aime pas lire mais qui pense qu'elle a trouvé le grand amour. C'est donc ensemble que nous sommes allées à cette conférence / présentation dans une librairie-salon de thé que j'aime bien, Gardens Books à Changle Lu.

Malheureusement, ce livre n'existe pas en français.

video

Au micro, l'éditeur Harvey Thomlinson et les deux écrivains Mina Hanbury-Tenison, une Américaine, diplômée de Yale, auteure de deux scénarios à Hollywood et journaliste à Shanghai, et Chen Xi Wo, prof d'uni et auteur censuré en Chine (il n'y a que les traductions en anglais de ses romans qui peuvent être publiées, notamment le plus récent I love my mum). A Taiwan, par contre, il est édité sans problème dans sa langue.

La question : Est-ce que l'amour fait partie des ingrédients dans un mariage chinois ? Un sondage du China Daily signalait que les poètes étaient considérés comme les partenaires les moins souhaités par les Chinoises. Est-ce que cela signifie que l'amour n'a plus sa place dans cette ville obsédée par l'argent ? Est-ce propre à Shanghai ou est-ce que toute la Chine, après trois décades de développement économique, est en train de devenir décadente ? Y a-t-il de grandes différences entre la Chine et l'Occident quand on parle d'amour ?

Il semble que la réputation des filles de Shanghai dépasse les frontières de la ville en matière de beauté, de mystique et de capacité d'obtenir ce qu'elles veulent. Dans le livre de Mina Hanbury-Tenison, une de ces filles révèle comment, grâce à leurs charmes, elles attirent les hommes dans leurs jupons. Plutôt qu'attendre l'homme de leur vie,  elles avancent, car la jeunesse ne dure pas, il ne faut donc pas perdre de temps et les chapitres du bouquin sont éloquents, citons :
  • Un petit ami / mari pour démarrer
  • Comment trouver un homme riche
  • Jeunesse + beauté = argent
  • Comment utiliser les relations sexuelles : les hommes sont stupides
  • Quand changer de bateau

video

Ce qui a choqué nos visiteurs, c'est que ces compte-rendus sont totalement dénués de romantisme, il faut faire vite, ne pas gaspiller son temps, ne pas gaspiller ses charmes (par exemple : préférer les cadeaux à un souper au restaurant ou des vacances, dont il ne resterait rien), choisir un type qui peut nous présenter de meilleurs partis, peut-être en plusieurs étapes, afin d’assurer ses vieux jours et peut-être ceux de ses parents.

L'auteure nous dit que si nous autres Occidentaux avons été choqués par son livre, les Chinoises, elles, l'ont trouvé d'une banalité affligeante, "que tout le monde savait tout ça." La vision des Chinoises est aussi que l'amour est une chose tellement temporaire, alors que l'argent et la situation sont des éléments plus durables. Elle attire aussi notre attention sur le fait que la polygamie était monnaie courante jusqu'aux années 1930 avec le système des concubines (on se rappelle ce magnifique film "Épouses et concubines"*), et donc que les jolies filles actuelles ont toujours en elles l'empreinte de ce passé récent, que la concurrence et la bataille font partie du jeu.

video

Elle nous rappelle aussi que Shanghai est une ville récente dans sa forme actuelle, contrairement à Beijing ou Xi'an, par exemple. Ici, faire de l'argent est une activité nouvelle et on ne traîne pas derrière soi de vieilles casseroles. La ville n'a pas de mémoire. Les filles de Shanghai ne sont souvent pas nées à Shanghai, mais elles le sont devenues shanghainaises.

video

Cheng Xi Wo, de son côté, a abordé le problème de l'amour d'un autre point de vue, l'inceste dans son roman I love my mum, comme il nous l'explique si bien...

La discussion s'est tout de suite engagée sur des pratiques telles que l'inceste et le viol, grâce à Cheng Xi Wo. Inutile de dire que les traductions anglaises ont été plutôt utiles, le kit de base du mandarin n'offrant que peu de vocabulaire sur le sujet.

Ce que je retiens d'abord de cette soirée, c'est qu'en effet amour et mariage sont deux notions totalement différentes par ici. Comme mariage et sexe. L'amour c'est d'abord et surtout un sentiment qui relie à la famille. Lors d'un mariage, par exemple, on versera une larme plutôt quand le fier père offre sa fille (et non quand les nouveaux époux s'embrassent). Des jolies filles qui arrondissent leur salaire de barmaid, masseuse ou autre, peuvent verser jusqu'à 70% de leurs revenus pour aider leurs parents, sans que les parents ne s'inquiètent de savoir d'où provient l'argent ou qu'ils s'en offusquent. Et les étrangers sont considérés  tellement romantiques, naïfs et stupides!

Kelly et moi avons prolongé la discussion. J'ai réalisé que parce qu'elle a accès à des séries et des films occidentaux (= américains !), elle a une vision plus occidentale, plus romantique du mariage. Sa maman, qui l'appelle une à deux fois par jour, veille à ce qu'elle reste réaliste par rapport à son "petit ami" (terme qu'elle utilise en français, puisque nous pratiquons le mandarin et le français). Kelly repousse le moment de la rencontre, pas trop sûre qu'il répondra aux critères fixés par la maman. Et non, elle ne va pas parler de cette soirée avec lui, ni avec sa maman, ni avec son frère qui se marie en janvier 2012.

* Épouses et concubines est un film chinois réalisé par Zhang Yimou et sorti en 1991. Petite séance de rattrapage :
 

1 commentaire:

  1. C'est vrai que c'est assez difficile de comprendre ce point de vue... mais ça nous fait réaliser aussi que nos points de vue sont construits et influencés par un certain environnement social et culturel, qui n'est pas le même pour tous...

    RépondreSupprimer